Maghrébins d'AfriqueMaghrébins du Monde

«Le Sénégal ne doit pas devenir un nouveau Mali», selon le leader du mouvement Tekki

Alors qu’une mission de quatre chefs d’État ouest-africains se rend à Bamako, ce 23 juillet, pour tenter de régler le contentieux électoral, le chaos malien menace de se propager à toute la région. Invité de Sputnik Afrique, Mamadou Lamine Diallo, député d’opposition sénégalais, craint une contagion de la crise malienne dans son pays. Explications.

Quatre Présidents ouest-africains vont séjourner à Bamako, ce jeudi 23 juillet, pour tenter de résoudre la crise sociopolitique qui sévit depuis plusieurs semaines au Mali.

À la demande de la Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Macky Sall, du Sénégal, Alassane Ouattara, de Côte d’Ivoire, Mahamadou Issoufou, du Niger et Nana Akufo-Addo, du Ghana vont chercher une issue à cette crise de gouvernance dans un pays par ailleurs en proie à la poussée des djihadistes au Nord et à des affrontements intercommunautaires au Centre.Après l’échec de ses deux missions d’experts, en juin et en juillet, la CEDEAO tente le tout pour le tout afin d’éviter un départ de l’exécutif malien. Protestant contre ce qu’il considère être une fraude électorale lors des dernières élections législatives, le Mouvement du 5 juin (M5) n’a eu de cesse de réclamer le départ du Président Ibrahim Boubacar Keïta. Le M5 a toutefois annoncé une pause dans les manifestations jusqu’à la fête de la Tabaski (Aïd El-Kebir), qui sera célébrée cette année du 31 juillet au 3 août.

La tâche des quatre chefs d’État ouest-africains mandatés à Bamako est ardue. En plus de la crise politique actuelle au sommet de l’État, il s’agit également de régler l’imbroglio institutionnel de la nomination de nouveaux magistrats à la Cour constitutionnelle. Celle-ci est accusée par le M5 d’avoir invalidé les résultats d’une partie des Législatives au profit de la majorité présidentielle et focalise, à ce titre, tous les mécontentements.

Invité de Sputnik Afrique, Mamadou Lamine Diallo, député sénégalais d’opposition, président du mouvement Tekki («se rendre utile») n’a pas caché son inquiétude face à la crise permanente qui prévaut chez le grand voisin du Sénégal:

«Le Mali est le pays de la sous-région avec lequel le Sénégal commerce et exporte le plus. Une grande partie de notre population, de surcroît, vient du Mali. Tout cela nous rend très proches et donc très vulnérables. Surtout quand la gouvernance démocratique n’est pas là pour empêcher l’avancée des djihadistes inféodés aux idéologies salafistes», a-t-il expliqué au micro de Sputnik France.

Il déplore que les dérives politiques, économiques et l’atteinte aux libertés publiques que connaissent les États de la région aient abouti à un «retour en arrière en termes d’avancées démocratiques». Du coup, les populations d’Afrique de l’Ouest et du Centre n’ont pas pu bénéficier des dividendes démocratiques qu’elles auraient été en droit d’espérer depuis les indépendances et la fin du colonialisme.

En cas «d’implosion du Mali», «risques de contagion pour le Sénégal»

Le Mali, où la situation «s’est beaucoup dégradée depuis la réélection en 2018 du Président Ibrahim Boubacar Keita», serait –selon lui– un exemple type de mauvaise gouvernance. Ce qui justifierait donc à ses yeux un départ du chef de l’État malien, notamment pour éviter de déstabiliser les États voisins, le Sénégal en tête.

«Il y a aujourd’hui un risque d’implosion du Mali, avec plus de groupes armés qu’en 2012. [Le Président, nldr] IBK doit en tirer les conséquences et accepter une solution négociée [pour son départ, nldr]. En Afrique, il n’est plus possible de revenir en arrière en permanence avec des coups d’État. Or, compte tenu des problèmes au Nord et au Centre du pays, l’hypothèse d’une partition n’a jamais été aussi grande, avec de sérieux risques de contagion pour le Sénégal. Cette situation est extrêmement dangereuse pour la sécurité de toute la sous-région.»

L’autre danger, selon lui, c’est la tentation du troisième mandat pour nombre de chefs d’État de la sous-région. Le cas risque de se poser très vite en Côte d’Ivoire où, après le décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, qui était le candidat du RHDP (parti présidentiel) une candidature d’Alassane Ouattara aux élections présidentielles d’octobre n’est plus exclue.

Même au Sénégal, qui fait pourtant figure de «vitrine démocratique» en Afrique de l’Ouest, ce risque n’est pas à écarter, insiste-t-il. Il en veut notamment pour preuve que «le Président Macky Sall n’a répondu ni oui ni non quand on lui a posé la question», affirme l’opposant sénégalais.

Une relation particulière avec la France, «qui n’a pas produit les effets escomptés»

Car, fait remarquer Mamadou Lamine Diallo, vu de France, on pourrait penser que le Sénégal «fait mieux que les autres pays africains.» Du coup, Paris ferme les yeux sur «les dérives autocratiques ou anti démocratiques» en cours dans ce pays, argue-t-il. Alors que le problème de fond de la région et de l’ensemble de l’Afrique francophone, qui n’est toujours pas réglé selon lui, «c’est que ce lien particulier avec la France n’a pas produit les effets escomptés.»

«Le Président Senghor, notamment, nous avait promis qu’en l’an 2000 Dakar serait au niveau de Paris. Or, nous constatons un saccage du domaine maritime, un accroissement des inégalités, le chômage massif des jeunes, y compris des jeunes diplômés, qui sont obligés de prendre des pirogues pour aller en Europe», dénonce le leader de Tekki au micro de Sputnik France.

Du coup, la démocratie sénégalaise, à l’inverse de ce qui se passe au Mali, serait victime de sa (trop bonne) réputation. Avec comme conséquence, selon ce docteur en économie, que le ras-le-bol de la jeunesse africaine dans les rues de Dakar comme de Bamako se reporte de plus en plus sur la France, accusée de tous les maux.

«Cela s’exprime par le rejet du franc CFA ou bien par le racisme. Nous avons donc tout intérêt à faire bouger le curseur de nos relations avec la France le plus vite possible», préconise-t-il.

Avec les retombées du pétrole et du gaz prévues pour 2023, le Sénégal n’a jamais été aussi proche d’émerger, affirme-t-il. Aussi, pour éviter que le pays de la Téranga ne sombre à son tour dans les violences politiques et sécuritaires qui secouent son voisin malien, il exhorte le Président Macky Sall à se limiter à deux mandats.

Moins d’omnipotence présidentielle, plus de participation et de respect des électeurs, ainsi qu’une émancipation vis-à-vis des grands groupes français –qui n’ont pas réussi à industrialiser le pays– sont des passages obligés, selon lui, pour que le Sénégal et, avec lui l’ensemble de la sous-région, décolle sur le plan économique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Christine H. Gueye
Source : Sputnik 

 

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer