Economie-mondeMaghrébins du monde

Tunisie-Le Projet de Loi de Finances 2020 nécessitera la mobilisation de crédits de plus de 11 milliards de dinars

Les prix de vente au public des hydrocarbures seront révisés en 2020 selon le projet de loi de Finances 2020.

Le projet du budget de l’Etat pour l’exercice 2020 nécessite la mobilisation de crédits d’une valeur de 11,248 milliards de dinars, dont 2,400 milliards de dinars d’endettement intérieur et le reste constitué d’endettement extérieur.

Le volume de la dette publique atteindra, à la fin 2020, 74% du PIB, contre respectivement 75% et 77% en 2019 et 2018, selon les données du ministère des Finances.

Le gouvernement de Youssef Chahed a soumis les projets de la loi de Finances et du budget de l’Etat pour l’exercice 2020 à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), après leur adoption par un conseil ministériel, le 14 octobre 2019, soit avant les délais constitutionnels fixés au 15 octobre de chaque année.

Le budget de l’Etat pour l’exercice 2020 est estimé à 47,227 milliards de dinars, soit une augmentation de 9,5% par rapport à l’exercice précédent.

L’élaboration du budget de l’Etat est basée sur des scénarios qui concernent les résultats actualisés de l’exercice 2019 à la lumière des résultats enregistrés, au cours des huit premiers mois de 2019.

Le gouvernement s’est appuyé dans ce projet sur les indicateurs économiques, soit un taux de croissance de 2,7% en prix constants, contre un taux actualisé de 1,4% pour l’exercice en cours, outre le cours moyen annuel du pétrole brut (Brent) (65 dollars le baril) et la croissance des importations de 9% contre 9,7% actualisée en 2019.

A noter, que pour la troisième année successive, le projet du budget de l’Etat n’a pas dévoilé le taux de change du dinar pour éviter la spéculation.

Les recettes du budget de l’Etat proviennent d’une augmentation de 9,2% des recettes fiscales pour s’établir à 31,759 milliards de dinars, réparties sur les impôts directs (13,662 milliards de dinars), impôts indirects (18,097 milliards de dinars) et les recettes non fiscales (3,800 milliards de dinars).

Les recettes non fiscales sont réparties sur les recettes provenant du pétrole et du gaz (1,250 milliard de dinars), les recettes de participation (1,389 milliard de dinars), les recettes des biens confisqués (150 millions de dinars) et les dons extérieurs (300 millions de dinars).

Les dépenses de gestion pour l’année 2020 sont estimées à 28,263 milliards de dinars, soit une augmentation de 5,1% par rapport aux résultats actualisés de 2019.

Ces dépenses sont réparties sur les dépenses salariales (19,030 milliards de dinars, soit 15,2% du PIB, contre 17,165 milliards de dinars pour les résultats actualisés) et les dépenses de subvention (4,180 milliards de dinars) réparties sur les produits de base (1,800 milliards de dinars), les hydrocarbures et l’électricité (1,880 milliards de dinars) et le transport public (500 millions de dinars).

Le projet du budget de l’Etat a alloué 6,900 milliards de dinars, au titre des dépenses de développement, 11,678 milliards de dinars au titre du service de la dette publique et 767 millions de dinars pour les dépenses d’urgence.

Le déficit budgétaire est estimé à 3,782 milliards de dinars, en 2020, soit 3% du PIB, contre 4,071 milliards de dinars, ou 3,5% actualisé pour l’exercice 2019 et 4,8% en 2018, d’où la poursuite d’une tendance baissière du taux de la dette publique.

  • Les prix de vente au public des hydrocarbures seront révisés

Les prix de vente au public des hydrocarbures seront ajustés en 2020, selon le projet de budget de l’Etat 2020, publié sur le site du ministère des Finances.

Pour le gouvernement sortant, cette disposition vise à réaliser un certain équilibre du système d’hydrocarbures au cours de l’année prochaine.

Cet objectif sera atteint à travers la réduction des dépenses de la STEG et de la STIR (Société tunisienne des industries de raffinage) qui ont adopté un programme de maîtrise du coût de production, outre les ajustements des prix de vente au public.

Les prévisions tablent sur des dépenses de compensation de 4,180 milliards de dinars répartis comme suit : 1,800 milliard de dinars pour les produits de base, 1,880 milliard de dinars de subventions pour les hydrocarbures, soit une baisse de 658 millions de dinars par rapport aux prévisions actualisées de 2019 (2,538 milliards de dinars).

Selon le même document, une hausse de 1 dollar du baril de pétrole provoquera une augmentation des dépenses de subvention de 142 millions de dinars. Une hausse de 10 millimes du prix de change du dollar causera une hausse de 37 millions de dinars de ces dépenses, précise la même source.

A souligner que le projet de budget s’est basé sur une moyenne de prix du pétrole brut (Brent) de 65 dollars pour toute l’année. La subvention du secteur du transport est écimée à 500 millions de dinars, contre 450 millions de dinars actualisés en 2019. Cette enveloppe couvre le transport scolaire et universitaire, le transport à tarifs réduits et le transport gratuit qui concerne des catégories spécifiques.

Source : H.P.M

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer