Maghrébins d'AsieMaghrébins du Monde

En Malaisie, le gouvernement veut célébrer l’Aïd sans aggraver l’épidémie de coronavirus

La fin du ramadan est imminente et les pays musulmans tâchent de légiférer pour ne pas transformer cette fête, parmi les plus importantes du calendrier islamique, en contamination géante. L’Arabie saoudite a ainsi décrété un couvre-feu de cinq jours. En Malaisie, les autorités se sont félicités du nombre de cas relativement bas qui permet d'éviter une mesure aussi draconienne, mais professent malgré tout, conseils et interdictions.

Les Malaisiens appellent la fête de l’Aïd, « Raya» , le banquet. C’est un festin considérable qui s’organise chaque année. Les musulmans de tout le pays retournent dans leur ville natale, ouvrent leurs maisons à toute une communauté de famille élargie et d’amis.

Un sujet compliqué

Mais alors que la pandémie de coronavirus est de mieux en mieux maîtrisée dans le pays, avec une courbe des cas positifs qui décroît depuis début avril, la célébration de Raya 2020 est devenue un sujet compliqué pour le gouvernement. Il ne veut ni brimer la ferveur religieuse des citoyens, ni aggraver l’épidémie.

Pour tenir cette difficile ligne de crête, le gouvernement a ainsi demandé aux Malaisiens de n’accueillir que vingt membres de la famille seulement par foyer, le premier jour de l’Aïd uniquement, et de s’abstenir de voyager.

Contrôles multiples

Mais alors que des photos des autoroutes embouteillées du pays circulent déjà, la police a fait savoir qu’elle contrôlerait les plaques d’immatriculation des voitures pour s’assurer que des voyages illégaux entre provinces n’avaient pas lieu, et n’hésiterait pas à entrer dans des maisons, si elle constatait qu’un nombre important de véhicules était stationné devant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : rfI

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer