Maghrébins d'AfriqueMaghrébins du Monde

Coup de massue pour El Manchar: Le Gorafi algérien suspend sa parution

El Manchar, le plus célèbre journal satirique du web algérien, a cessé de paraître. Son initiateur et principal animateur a expliqué que cette suspension avait été décidée par la rédaction du fait de l’instauration d’un «climat de répression des libertés, des incarcérations de citoyens à la suite de leurs activités sur les réseaux sociaux».

El Manchar (la scie, en arabe) s’est tu dans la soirée du mercredi 13 mai. Après cinq années de parodies, d’infos détournées et de fous rires, le journal électronique satirique a fini par baisser le rideau.

«El Manchar, c’est fini. Nous vous remercions pour votre fidélité, votre engagement et votre complicité. Après cinq ans d’existence, nous sommes contraints de suspendre notre journal. On espère vous retrouver bientôt dans une Algérie meilleure», ont d’abord indiqué ses animateurs sur Facebook.Les réseaux sociaux se sont enflammés en quelques minutes. Beaucoup ont pensé à une énième blague de l’équipe menée par son initiateur, Nazim Baya. Puis sur le site, les internautes ont découvert le message suivant: «El Manchar, c’est fini. On se retrouve bientôt dans une Algérie meilleure. Ou Pas.» Finalement, la seule information vraie et confirmée par le site depuis sa création aura été celle qui annonçait sa suspension.

La stupeur a vite laissé place à la colère.

«Je ne croyais pas créer une telle panique en annonçant la suspension d’El Manchar. À tous ceux qui s’inquiètent pour moi, je vous dis que je vais bien. Comme disait Baudelaire, tout être humain a au moins deux droits: celui de se contredire et celui de s’en aller. J’use du second, en mon âme et conscience. Respectez ce choix. Merci», a écrit Nazim Baya dans le courant de la soirée.

«Climat de répression des libertés»

Ce n’est que le lendemain que la rédaction d’El Manchar a décidé de donner quelques pistes sur les raisons de cette éclipse précipitée.

Nazim et ses camarades ont mis en avant «le climat de répression des libertés» qui règne dans le pays.

«Nous n’avons pas été censurés ou bloqués par les autorités. Cette décision a été prise par l’équipe de rédaction. Le climat de répression des libertés, les incarcérations de citoyens à la suite de leurs activités sur les réseaux sociaux nous ont conduits à réfléchir sur les risques que nous encourons. Nous avons vécu des moments de peur et nous avons résisté pendant cinq ans en essayant de contribuer à notre manière, par la satire, aux difficultés que notre pays et nos citoyens traversaient. Nous ne pensions pas en arriver là», indique un autre communiqué.

L’opinion publique n’en saura pas plus. En cinq années d’activité, le journal satirique avait pourtant réussi quelques coups de maître. En juin 2015, il attribuait à Saïd Sadi, ex-président du Rassemblent pour la culture et la démocratie (RCD), une lettre adressée au ministère algérien des Affaires religieuses pour exiger une réforme du mois du ramadan afin de le réduire de 13 jours au lieu de 30. L’affaire avait provoqué une tempête dans la presse algérienne et internationale.

En mai 2018, c’était au tour de Marine Le Pen d’être prise pour cible par El Manchar après l’acte héroïque d’un migrant subsaharien qui avait sauvé un enfant accroché à un balcon à Paris.

L’hommage du Gorafi

Reconnu par ses pairs, le journal satirique algérien a eu droit à un dernier hommage de la part de son confrère français Le Gorafi.

«Coupant court aux rumeurs sur son état de santé, le pouvoir algérien a réaffirmé que El Manchar était en parfaite santé et doué de la totalité, voire de l’absolue majorité de ses capacités intellectuelles et physiques, voire plus, si besoin», a écrit Le Gorafi.

Pour leur part, les lecteurs algériens retiendront qu’El Manchar est né et à grandi durant les années les plus sombres du Président Bouteflika avant de mourir aux premiers mois de l’ère de «l’Algérie nouvelle», présentée par ses promoteurs comme étant celle des «libertés retrouvées».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par : Tarek Hafid
Source :Sputnik 

 

 

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer